#15 "Voyager c'est vivre - projet No'Ma'de"



Il est temps que je vous révèle ce fameux projet de vie dont je vous parle depuis plusieurs semaines...
On a décidé avec Matthieu de lâcher notre appart' en centre ville pour vivre dans un van ou un camping car. La liberté physique et "financière", UNE VIE DE NOMADE!
Un demain différent chaque jour.
Mais comment en sommes nous arrivés là?
Je vais vous raconter! Il va vous raconter!

Une photo de vacances de la famille qui date de la fin des années 70.
Et oui j'avais une prédisposition ^^

Je vais essayer d'être assez concise et très sincère, mais qu'est ce que c'est difficile de parler de soi...
En fait, pour tout vous dire, j'ai fais pas mal de rencontres (très variées) ces derniers temps, qui m'ont conseillé de m'ouvrir et d'oser parler un peu plus de moi. Pas de celle que vous voyez au quotidien (souriante, un peu folle, qui voyage et qui vit de sa passion), mais celle qui est plus sombre et tourmentée, celle qui a fait ce que je suis aujourd'hui, celle qui a trop pleuré, qui a trop été angoissée mais qui n'a jamais oublié d'avancer.
Après une longue réflexion, le plus simple, c'est de séparer en 3 parties les moments importants de ma vie.


L'enfance

Mon histoire c'est celle d'une petite fille née un dimanche ensoleillé de mai en 1990 de deux parents torturés. Une maman dépressive depuis l'adolescence et un papa qui a un trop gros penchant pour la bouteille (avec tout ce que ça comporte!)
Je vis mes 6 premières années entre la violence, l'alcool et la drogue, mais heureusement il y a eu aussi ces moments de bonheur à 4 avec ma mère et ses parents (ski, plage, repas à la campagne). J'étais dans une sphère très bizarre, d'un coté il y avait le chaos au quotidien et de l'autre des moments d'évasion que tout le monde n'a pas eu la chance d'avoir.
Ma mère ayant plongé dans l'alcool elle aussi, elle prend, je pense une des plus difficiles décisions de sa vie, mais aussi la meilleure. Elle part pour se soigner lorsque j'ai 6 ans, et me confie à mes grands-parents. Sa reconstruction va durer deux ans. Et ces 2 années ont largement contribué à mon épanouissement et à ma réussite. J'étais comme le 7ème enfant de mes grands parents. Mes oncles qui habitaient encore là sont presque devenus des grands-frères.

Photo prise chez mes grands-parents.Elle me représente bien encore aujourd'hui.
Nounours et pistolet, en robe mais avec des baskets, malicieuse et cascadeuse (regardez mon coude ^^)

Merci à ma mère d'avoir eu la force et l'intelligence de me laisser ces 2 ans pour que je puisse connaître une vie de famille sereine.
J'apprends au milieu de ces 2 années, que j'ai une grande demi sœur (mon père avait eu un premier enfant à 17 ans). Sa maman ayant eu trop peur de lui est partie se réfugier dans le sud sans laisser d'adresse. Mais à l'adolescence, ma sœur ressent le besoin de découvrir cette partie de sa vie et c'est comme ça que j'apprends à la connaître.
Lorsque j'ai 8 ans; nouveau départ, et c'est parti pour une vie quasiment exclusivement à 2.
La mère, la fille!


 Les histoires de cœur

J'ai toujours été la fille aux longues relations. Je cherchais surement la stabilité que je voyais dans le couple que forme mes grands-parents maternels.
Ma première histoire d'amour commence alors que j'ai 13 ans. Une jolie histoire d'ados qui se termine par son coming out. Bref, je resterais la seule femme de sa vie.
Ma seconde relation était pendant le lycée, celle qui m'a fait le plus de mal, un pervers narcissique qui me rendait folle et qui était infidèle. Le bac en poche je le quitte en me disant que la fac sera mon échappatoire.
A 18 ans je commence une histoire qui durera 4 ans avec mon ami d'enfance. Facile, on se connaît depuis longtemps. Avec moi il est patient, car j'ai du mal à oublier ma relation précédente. On avance ensemble autant pote que couple, mais il y a un hic. Torturé, impulsif et capable de violence, On arrête les frais, et malgré la difficulté que ça représente, on reste ami!
Ma relation suivante est celle du calme et de l'apaisement. mais faute d'avancer elle s'est arrêtée.
La bonne nouvelle c'est que je me sens prête à refaire confiance, car depuis la relation nocive que j'avais eu au lycée, je n'étais pas très à l'aise avec l'amour.
Avec cette nouvelle force, j'entame une histoire à distance, mais je sens que quelque chose ne va pas... J'apprends qu'il m'a été infidèle! 
Et aujourd'hui j'ai presque envie de lui dire "merci", car trop fidèle je ne regardais même pas ce qui se passait en face de chez moi.

Photo de la terrasse de l'appart' que j'avais quand j'ai rencontré Matthieu

Sur le même palier, il y avait l'homme qui allait changer ma vie!
A 26 ans je commence ma plus belle histoire, l'histoire de deux âmes qui se sont trouvées (trop de chichi, mais c'est tellement vrai!). A peine ensemble, on part pour un road-trip d'un mois 1/2 en Scandinavie, (l'article concernant ce voyage), en rentrant on décide d'habiter ensemble! Une première pour nous deux! Et ce bonheur au quotidien nous donne envie de nous lancer dans un projet encore plus fou!


Les choses de la vie

Vaste sujet... Mais c'était le meilleur moyen d'englober plusieurs moments qui m'ont façonnée.
Les études, de supers moments dans ma vie. En fac d'art, j'ai pu exorciser mes douleurs d'enfance tout en découvrant ma passion pour la photo (qui est mon métier depuis 6 ans!). Malheureusement l'esprit trop hautain de certain(e)s a fait que j'avais hâte de finir ma licence!
Sortie de la fac, je rencontre Evgen Bavcar (je vous en parle souvent dans mes articles), un photographe plasticien franco/slovène qui m'a beaucoup appris tant en photo qu'au niveau humain!
A suivi l'ouverture de ma boite en 2012 et des années à trop travailler (entre 50h et 70h par semaine). Entre communication, gérance et prises de vue pour faire marcher ma petite entreprise et un travail à temps complet qui me permet de payer mon loyer. C'est aussi cette même année que je commence à voyager, à road-tripper! Et heureusement, dès que possible je pars à l'étranger pour découvrir des façons de vivre différentes. Si je n'avais pas eu ces moments pour souffler, je n'aurais pas tenu le rythme pendant 2 ans 1/2.
Suite à cela il y a quelques années, (3 ans exactement), je fais ce que les médecins adorent appeler un "burn out", pour ne pas dire dépression. Mettre ce mot pour expliquer mes maux n'a pas été simple, et oui quand on a une mère dépressive depuis toujours, on n'a pas envie de reconnaître que ça peut nous toucher aussi. Bon, tout ça m'a évidemment permise de faire du tri dans mon entourage, de me remettre en question, moi qui me croyais "indestructible". J'ai aussi compris que j'avais trop tiré sur la corde, alors depuis septembre 2015 je me focalise sur le plus important... La photo!!
Je rencontre Matthieu un an après tout ça, et comme vous le savez, on décide de vivre rapidement ensemble.
On choisi donc de laisser chacun nos appart' pour en trouver un qui nous ressemble.
On trouve notre perle... qui se met à transpirer à grosses gouttes un mois après notre emménagement.
Une humidité au point qu'il est insalubre. Les proprios sont obligés de faire des travaux, mais malgré tout il reste encore beaucoup trop de travaux à faire pour qu'on puisse y vivre normalement.
(Evidemment on prend ça comme un signe!)


Autre petit signe, à Noël ma tante propose à toute la famille de tirer une carte
et sur un jeu où il y en a une quarantaine,
on pioche les 2 cartes où il y a la notion "découvrir"!

Mais ça n'est pas la seule chose que nous n'arrivons plus à supporter.

Après avoir travaillé pendant 1 année 1/2 en intérim pour la même société et lui avoir promis un CDI, Matthieu s'est fait remercier (légalement s'ils dépassent ce délai ils sont obligés de lui faire un contrat). Par la suite, il faut une carence de 6 mois pour pouvoir le reprendre à nouveau en intérim dans cette même boite.
Et ça n'a pas manqué, la carence passée, ils le rappellent en lui demandant de revenir et en lui faisant comprendre qu'un CDI est toujours d'actualité... Vous vous doutez de la suite, non?
1 an qu'il a repris chez eux via l'intérim et toujours pas de contrat... Vous pensez comme nous n'est ce pas? Arrivé au terme d'1 an 1/2, ils vont de nouveau le dégager!
Et oui voilà comment une entreprise, qui fait 11,5 millions de chiffre d'affaire en 2016, prend les gens pour des larbins!
Et cette histoire est tellement commune... Comment ne pas avoir envie de vivre autrement?


Matthieu (son récit)

Né à Evry en 91, écoles après écoles, du nord de la France à la cote armoricaine, jusqu'au retour en région parisienne, pas loin de 13 déménagements.
A mes 15 ans, mes parents divorcent (comme plus de 50% des couples, malheureusement). Mon père a quitté ma mère et nous a présenté (à mes soeurs et moi) quelques temps après, une jeune (comparé à mon père) malgache déjà enceinte de 3 mois.
La suite n'a été faite que de semaines de travail où j'habitais chez mon père trop laxiste et de week-ends partagés, entre ma mère qui me posait trop de questions, les soirées alcool/fumette et les pseudos relations avec des nanas avec qui je savais que ça ne durerait pas plus que quelques mois (car je serpentais pour m'adapter à elles, comme je l'avais fait plus jeune avec mes sœurs, afin de ne pas faire de vague).
J'ai dit STOP à tout ça depuis que j'ai rencontré Noémie. Celle qui m'a fait voir la vie autrement et qui a donné un sens à énormément de choses.
Alors, moi, Matthieu compagnon de Noémie, je décide de la suivre dans la grande aventure, car cette société ne me plait plus! Travailler pour un patron (et pourtant, c'est ce que j'ai toujours fait) afin de  payer le quotidien, souvent juste par survie et quand on a un peu de chance, on peut s'offrir un petit plaisir.
Marre de devoir faire comme tout le monde "métro-boulot-dodo", 5 jours par semaine. Tout ça pour sortir de cette routine seulement le samedi et le dimanche.


Et maintenant? C'est quoi le projet?

Et oui maintenant? Comment s'organiser? La première question qu'on s'est posée!
C'est un processus qui prend du temps. Déjà 1 mois qu'on se renseigne, qu'on observe, qu'on échange, qu'on peaufine.

Je vais continuer sur mon blog à faire des articles (le prochain sera sur l'avancée du projet). Et dès qu'on sera sur les routes, je ferai très régulièrement des articles avec nos récits et nos photos. Pour l'occasion, Matthieu a décidé de se reconvertir dans la vidéo. Pour le moment, il va s'initier avec mon ancien appareil. Mais, au fur et à mesure de l'aventure, on investira dans du matériel pour qu'il puisse évoluer et me suivre lorsque j'irai photographier les mariages (et oui que mes clients ne s'inquiètent pas, je vais continuer mon métier de photographe dans ma région, mais désormais, aussi dans toute la France!!). Grace à ça, en plus des articles et des photos, on vous fera un VLOG (blog avec un contenu orienté sur la vidéo).
On cherchera à rencontrer d'autres nomades, on voyagera partout en Europe dès que ma saison de photos sera finie, on ira à la recherche d'écolieux... Bref on vous partagera notre quotidien, nos bons plans, on répondra à vos questions, et pourquoi pas si certains souhaitent se lancer, on viendra vous aider. Il y a des possibilités assez illimitées. Et si vous avez des idées, n'hésitez pas nous en faire part!



Bon, avant d'arriver à tout ça, on a énormément de choses à faire, à commencer par trouver de l'argent.
Il y a une chose à savoir, à la base, on partait sur un budget de 7000€ environ. On voulait acheter un camion et l'aménager (le rêve ultime), mais malheureusement des lois qui sortent en mai vont rendre illégale cette pratique (ils ne les accepteront pas au contrôle technique). Alors, on a plus que 2 solutions... Soit le faire réaliser par un pro (au moins la tuyauterie, l'isolation, l'électricité et les panneaux solaires) et le passer en VASP (Véhicule Automoteur Spécialement Aménagé), soit acheter un camping-car (récent, car de la même manière ceux d'avant 2005 vont avoir beaucoup de mal à passer le contrôle technique). Autant dire que le budget pour ça est entre 15000€ (si on a de la chance) et 40000€ (si on prend le plus petit camion aménagé neuf).
Alors Matthieu fait de nombreuses heures sup' (tant qu'il peut encore travailler dans cette boite) et je travaille en intérim en plus de la photo (et me voilà en train de faire du ménage dans un hôtel ou des inventaires à des heures insupportables). Le Hic, c'est que pendant ce temps on ne peut pas économiser beaucoup, la vie continue et les factures avec! A cette vitesse, le projet semble bien loin et presque inaccessible.
On revend tout ce qui ne nous sert pas (sur internet, mais on va aussi faire un vide maison) et on finira par tout revendre. Cela fait partie du jeu de réussir à se détacher de nos biens matériels (j'avoue que le plus difficile pour moi, ça va être de laisser mes plantes). Donc n'hésitez pas à venir nous acheter quelques trucs à l'occasion!
On nous a aussi conseillé de faire une > CAGNOTTE <, pour ceux qui ont envie de soutenir cette initiative, ceux qui ont peut être l'envie, mais pas le courage de tester cette façon de vivre alternative, pour ceux que ça fait rêver, et voyager, pour ceux qui partagent cette idée de retour à une vie plus simple, pour ceux qui se retrouvent en nous, pour les sensibles, pour les amoureux, pour les aventuriers...
On nous a aussi conseillé d'essayer des sponsors. Je n'y connais rien, j'ai un peu peur de me lancer je dois vous l'avouer, alors encore une fois je fais appel à vos conseils (voir même si quelqu'un veut me prendre la main pour m'accompagner, ça me ne dérangerait pas ^^)


Mon utopie concernant ce projet:
Envie d'aide communautaire, d'élan humain, de partage de savoir, d'échanges, de bienveillance, j'ai envie de croire que l'entre-aide est un mot qui a du poids.
C'est pour cela que le partage va dans les 2 sens et que si je peux vous apporter quelque chose, ça serait avec plaisir!
On est à la recherche d'infos sur les bons modèles de camping-cars, ceux qui sont fiables niveau mécanique. Et peut être que vous connaissez quelqu'un qui connaît quelqu'un qui a une bonne offre à nous faire!
On est à la recherche d'idées et d'aide pour communiquer encore plus sur notre projet, parution dans des journaux, expos photos quand nous aurons pris la route, collaborations...

J'avoue aussi en avoir ras le bol de voir des articles un peu donneur de leçon, genre "moi j'ai tout compris à la vie et je vais te l'apprendre". Alors voilà, ce que je vous propose, c'est de nous suivre dans une aventure dont je ne connais pas l'issue. Vous pourrez suivre nos doutes, nos peines, mais aussi nos apprentissages et nos réussites! Je repartagerais tout ce que nous apprenons avec vous (bons plans, astuces, comment se lancer, lieux inédits pour voyager... Bref c'est infini), comme je vous le disait plus haut, via ce blog, via notre chaine YouTube (que l'on va ouvrir très vite, on va vous partager la réaction de nos proches!), via FACEBOOK et INSTA!

N'OUBLIEZ PAS POUR SOUTENIR CE PROJET C'EST PAR LA > Pojet No'Ma'de 

L'article sur l'avancée du projet est dispo - ICI -


Commentaires

  1. Bonjour à vous 2 et merci pour cet article passionnant. Nous avons aussi pour projet de tout quitter pour aller découvrir l’Australie. Ce n’est pas pour demain mais nous y pensons de plus en plus. C’est « rassurant » de voir que d’autres personnes se lancent sans être sûrs de l’issue de cette aventure et avec tous les doutes que ça comporte. Mais je pense que c’est assez représentatif de notre génération, on se rend compte que la société dans laquelle nous vivons essaye de nous formater et de faire de nous de bons petits moutons de panurge. Bref, nous somme ravis d’avoir découvert votre blog et allons suivre de près vos aventures qui s’annoncent être belles et pleines de rencontres. À bientôt
    My&Co

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

#18 "Autour de la Famille"

#17 "Les ateliers photos"